mercredi 4 mai 2016

Évacuation de Nuit Debout de la place de la République. "Ce n'est qu'un au revoir !"

Aujourd'hui, mercredi 4 mai 2016, les militants de Nuit Debout ont reçu l'ordre d'évacuer la place de la République. Pour Robert Hermann "tout le monde prendra ses responsabilités. Les policiers ont autre chose à faire que vous réveiller tous les matins". De tels propos ont pour objectif d'infantiliser le mouvement. Le président de l'Eurométropole oublie que des personnes restaient éveillées toute la nuit sur la place pour surveiller les affaires de l'accueil de Nuit debout.  Faut-il rappeler que Nuit debout n'est pas responsable de tout ce qui se passe sur cette place publique.

De plus en plus de citoyens se rassemblement pour reprendre la parole et peser sur les choix de notre société. N'oublions pas que le sens du mot République res publica signifie, au sens propre, la chose est publique à l'image de la démocratie directe pratiquée dans l'Agora en Grèce antique.

Le cœur serré, les militants ont voté l'évacuation. Force est de constater que Nuit Debout dérange.

                                           Nuit Debout : avant et après


Venez partager vos rêves : quelques clichés de l'ancienne tante de Nuit Debout



                                            Réaction  des militants


                                                                     On remballe


                        
                       Arrivée des policiers en VTT pour vérification


                                     Combien coûte de rêver ?


1 commentaire:

  1. Notre Mer

    Notre Mer qui es si bleue

    Que ton Nom soit partagé

    Que ton horizon nous fasse renaître

    Que ta volonté et ta miséricorde nous acceptent

    Offre-nous aujourd'hui notre Triton de ce jour

    Comme une trompette de la renommée

    Et non plus comme un cercueil

    Pardonne-nous nos défaites et nos deuils

    Comme nous pardonnerons à nos bourreaux

    Et ne nous soumets pas aux quotas

    Mais délivre l' Europe de ses peurs et de ses carcans

    Georges Yoram Federmann
    Strasbourg
    20 mai 2015

    RépondreSupprimer